Je ne crois pas en l'être Humain, nous ne sommes rien.
Nous ne sommes ni cruels ni bons, ni horribles ni grandioses.
L'être Humain est une chose minuscule dans l'immensité, malmené par les questions, les causes et les contraintes.
Il est comme une fourmi dans l'océan.

Une fourmi dans l'océan ne pourra prétendre à rien d'autre qu'à nager, plus ou moins volontairement, jusqu'en haut de la vague.
Espérer lever la tête et voir un peu plus loin.
Si les courants emmènent la fourmi en haut d'une vague, la fourmi ne sera pas plus digne fourmi que celle d'en bas.

La fourmi n'a pas choisi sa vague.
Sa vague n'est pas meilleure vague que celle d'à côté, c'est une vague.
La fourmi ne détient ni la vague, ni l'océan.

Les idées d'une fourmi dans l'océan peuvent être de toutes sortes, il y en a des très jolies.
La fourmi peu avoir quelques idées sur la raison de cet océan, la raison de ces vagues, sur leur (h)auteur.
Mais la fourmi a bien mieux à faire à nager, elle ne tuera pas de fourmi pour une de ces idées.
Ça ferait d'elle une fourmi bien prétentieuse.

La fourmi nage, si possible avec les autres fourmis.

Une fourmi dans l'océan, même à 7 milliards de fourmis, ne sera jamais que fourmi, surtout dans l'océan, et ça la fourmi le sait.

La fourmi, subsistant dans l'océan, ne cherche plus à atteindre la rive, il n'y a pas de rive, elle nage avec les autres fourmis.

Elles y arrivent plutôt bien ensemble, elles tiennent le haut de la vague, il y passe parfois un peu de soleil.

Restons fourmi, je vous en supplie.

fourmi copie